Quand un élan de solidarité masque les carences de l’offre sociale

Voilà une bien jolie histoire que j’ai pu lire sur le site le bon chien.
 
Mais en vérité, une histoire bien banale, sur des parcours de vie brisés, tels qu’on peut les voir en regardant en bas de chez soi.
Cette fois-ci, la personne a touchée des gens, et les médias faisant le reste, une aide financière et sociale a pu lui être apporté.
 
Voici ce qu’il s’est passé (attention je ne vous dis pas tout, il vous faut cliquer sur l’image en bas 😉 ) : Cette personne avait tout perdu, et n’avait plus que son chien comme compagnon. Elle a été acceptée dans un centre d’hébergement social qui n’accueillait pas les animaux. Aussi, elle s’est débrouillée pour le placer en refuge et est allé voir son animal quotidiennement, deux fois par jour.
 
Une relation envers et contre tout.
 
Bien sûr, cette histoire est touchante. Cependant elle montre du doigt les carences de l’offre sociale locale : la structure n’acceptait pas les chiens… Aïe! Combien de personnes les structures sociales obligent t-elles à faire un choix cruel entre un toit et leur compagnon de vie?
Alors qu’en réalité il est très simple et peu contraignant d’accepter l’animal en hébergement social.
Les structures ont juste besoin d’être accompagnées dans cette démarche, ce qui fait partie de mes prestations.
 
L’histoire complète en cliquant sur l’image suivante :

SDF et chien